pourquoi aimer courir 6h,100kms,24h ?

pourquoi aimer courir 6h,100kms,24h ?

Les 48 h et les 24 h de Royan 2010

 

        Ce week-end du Vendredi15,Samedi16 et Dimanche 17 octobre 2010 , à Royan c'était les 48 heures et les 24 heures marche et course à pied. Je suis curieux de voir le déroulement du 48 heures car c'est la première fois que je vois une épreuve de ce type. Courir pendant deux jours et surtout deux nuits sans dormir, alors là je dis « respect ». Personnellement je n'envisage pas participer à une épreuve qui m'oblige à passer plus d'une nuit sans dormir, en effet,je n'ai pas encore était capable de tenir un 24 heures sans aller roupiller ( lors des derniers 24 heures de Villennnes sur seine,juste après un ravitaillement vers 4 heures du matin la tête s'est mis à me tourner. J'ai donc décidé d'aller m'allonger quelques minutes dans ma voiture située tout au bord du circuit. Tout d'un coup, J.L. L'organisateur de la course vient taper à la vitre pour me réveiller. Je lui dis de ne pas s'inquiéter, que je fais juste un somme de quelques minutes avant de repartir trottiner sur le circuit. En fait il m'avais perdu de vue depuis... 1 heure . J'avais donc dormi une heure alors que je croyais juste m'être assoupis 5 minutes ) . Donc aller m'embarquer dans une galère de deux nuits dehors , je ne pense pas en être capable pour le moment.

         J'arrive sur place le vendredi après midi pour encourager les concurrents de la course de 48 heures. Aussitôt garé prés du circuit, j'aperçois Nadine Weiss qui passe , juste un petit bonjour comme ça en passant sans s'arrêter parce que si elle veut faire 300kms minimum il ne faut pas lui faire perdre son temps en bisous de «  bonjour «  . Je longe le circuit qui va me servir de terrain de jeu demain , ce qui me permet de faire un petit bonjour aux concurrents que je connais tel le spécialiste du 100kms , Alain Grasset qui est le local de l'épreuve . En me dirigeant vers le chapiteau qui sert de base logistique pour l'organisation ainsi que pour les coureurs , je me fais apostropher par des passants qui me demandent des précisions sur le spectacle qui se déroule sous leurs yeux . S'ils ont bien compris qu'il s'agissait d'une course qui se déroule sur une durée de 48 ou 24 heures , ils ont eu du mal à assimiler que c'était une épreuve individuelle. Une dame m'as même dis «  mais enfin vous faites erreur , ce n'est pas possible de faire cela tout seul, ce doit être par équipes, il doit y avoir des relais «  .

       J'entre dans le chapiteau , un petit bonjour aux personnes de connaissance et je réserve ma place auprès de jean Luc ( assistant, coach et compagon de Nadine) pour déposer mon sac contenant mes affaires de rechange pour ma course du lendemain. A cet instant je me croyais vraiment à une course de 24 heures , en effet les coureurs tournent aussi vite . Par exemple pour Nadine ce sera juste une petite pause de 10mn le 1er soir , pause qu'elle n'aurait pas faite sur un 24 h . Je vais me faire un petit resto à base poisson ( je suis au bord de la mer , alors j'en profite ) , un petit coucou aux concurrents pour leur souhaiter une bonne nuit et moi je vais me coucher.

      8 heures. Heure de départ -2 , le petit déjeuner ( café noir, pain, confiture, miel et jus d'orange) est avalé ,je me dirige vers la zone départ. Gilbert ( mon assistant des 100kms de Millau ) et Marie noëlle ( coureuse aux 6 heures de Villennes sur Seine ) sont arrivés pour me soutenir et pour faire un tour de vélo sur le bord de mer. Tiens voilà aussi Jean Michel et Daniel Bigaud ( deux coureurs Limousin avec qui nous allons tournicoter pendant 24 h ). Au bout de 22 heures de course, les concurrents du 48 h sont plus ou moins dans le dur. Si certains ont dormis quelques heures , les premiers et ceux qui ont envies de faire un score ont trottinés toute la nuit et ça commence à se voir sur leur visage et leur allure .

      10 heures. C'est parti , on se retrouve à une centaine de coureurs sur le circuit et là on mélange tout le monde ( des fatigués, des fringants , des pas encore chaud , des 48 h que des 24 h ne peuvent pas pas suivre...) . Ce départ a un peu dynamisé les 48 h car leur vitesse a un peu monté par rapport à celle réalisée au petit matin. La pluie annoncée ne viendra pas, juste une légère bruine les deux premières heures et après couvert avec du vent frais voir froid. Mes premières heures se passent bien. Je suis ici pour un objectif de 180 kms ( ma meilleure distance sur ce type de course est de 170kms) , par conséquent j'ai décidé de trottiner aux alentours de 9km/heure avec un arrêt tous les trois tours ( un tour 1,026km) pour prise rapide de boisson ( coca,eau gazeuse,jus d'orange ) et de nourriture ( pain/pâté, pain/fromage, pain d'épice) , et un arrêt un peu plus long tous les deux ou trois heures pour un repas un plus fourni ( carottes rappées , taboulé , pâtes, jambon , petites pâtisseries aux amandes, bananes ) . Pour une fois, je tiens mon protocole à la lettre et ça à l'air de marcher ( quand je dis marcher, ça veux dire que je ne suis pas contraint de marcher) . Les tours défilent doucement mais surement . Si il y a des gens qui ont besoin de se mettre dans leur « bulle » pour rester concentrer , moi je suis plutôt du genre à discuter avec les autres et à manifester et partager mon plaisir de courir avec les autres. Quand je dis » manifester » ce n'est pas par hasard. En effet , à un moment , j'entends dans un haut parleur le slogan «  tous ensemble, tous ensembles, tous «  , c'était une manif social pour garder l'age de nos retraite à un age décent. Désolé camarades mais là en ce moment je peux pas , mais le cœur y est ,je suis avec vous...

     Le soir venu, je prend ma tenue longue légère et c'est parti pour la nuit. J'avais emmener une tenue longue d'hiver , bien m'en à pris car au milieu de la nuit le vent était froid et j'ai refais un arrêt pour rechanger de tenue. Avec mes gants longs et mon maillot polaire me voilà «  ben à mon aise » , maintenant , ça va pouvoir dérouler au chaud .Le fait de tourner sur un circuit en pleine nuit,même s'il est bien éclairé,revêt un caractère particulier. Tout paraît plus calme , les hauts parleurs se sont tus , certains concurrents sont partis se reposés quelques heures, par conséquent moins de monde en piste ,ceux qui restent à courir ont tendance à moins discuter et peut être à plus se concentrer sur la deuxième moitié de la course, il n'y a quasiment plus de spectateurs . Les personnes qui font l'assistance sont parfois emmitouflés dans leur duvet et en semi léthargie mais néanmoins toujours présents pour leur coureurs. Bref, une ambiance sympa et calme.

      Lors d'un ravito, vers 3 h du matin, je m'arrête à ma table , commence à manger pâtes et jambon normalement lorsque la tête s'est mise à me tourner, alors que je me sentais bien auparavant. Je ne sais pas ce qui s'est passé mais après m'être reposer un quart d'heure , c'était reparti. Enfin quand je dis reparti , il faut compter le temps de faire redémarrer les jambes. Après un arrêt comme ça il me faut 1 km pour retrouver ma foulée normale. A l'avenir, sur mes prochains 24 heures je prévois de ne quasiment plus faire d'arrêts repas mais les prendre au passage et les manger en marchant , ce qui aura l'avantage de quasiment supprimer les jambes raides au redémarrage et en plus de gagner quelques mètres à chaque fois. Bon maintenant , nous arrivons au terme de la nuit, le peloton de coureurs grossi petit à petit au fur et à mesure que ceux qui sont aller faire une pause sommeil réintègrent les rangs. Je suis également heureux de voir Nadine Weiss recourir car suite à un problème de releveur à un pied , elle était contrainte de marcher une bonne partie de sa deuxième nuit. D'ailleurs, elle à aussi retrouver le sourire . Il faut dire que lorsque l'on se sent en forme , que l'on vient pour courir et que l'on est obligé de marcher plusieurs heures , le sourire, on a tendance à le laisser au stand. Mais bon sang je me dis qu'il faut un sacré mental pour rester malgrès tout sur la course .

     Ma fin de course à été plus rapide que prévue. En effet à 50mn de la fin, Dominique , un connaisseur de ce type de course me dis «  si tu fais 6 tours, tu passes les 190kms « . Ca m'as fait accélérer , sans pour autant accéder aux 190kms . Mais je dois reconnaître que ça m'as fait gagné au moins un kilomètre. Pendant ce temps là , Daniel, le gars de St Junien , qui s'était confié à ma petite soeur en lui disant qu'il n'était pas en forme , qu'il n'avait presque pas envie de courir fait tout de même un peu plus de 156kms... le jour où il va être en forme...

     Nadine Weiss à fait 322.7 kms en 48 heures ( en ayant marché presque toute la deuxième nuit, la prochaine fois si elle tout en courant ...

      Alain Grasset était là juste pour le plaisir de courir à domicile, il a fait les 48 heures presque comme un entrainement ( 251kms )

     Cette course m'as permis de monter ma marque sur 24 heures de 170,6 kms à 187,9 kms . En 2011 , je tenterai un peu plus de 190 kms . Je pense qu'avec une meilleure organisation dans mes ravitaillements ça devrai pouvoir le faire.

    Vous pouvez consulter les résultats de ces deux courses sur :

100km.iroyan.com    ou     chronosport.com



18/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres