pourquoi aimer courir 6h,100kms,24h ?

pourquoi aimer courir 6h,100kms,24h ?

Comment passer de deux pqts de clopes/jour à Bordeaux-Paris à vélo

                         Sur la photo ,mes collègues de la période vélo.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

      Si  l'on considère que nous avons chacun des dates qui jalonnent plus ou moins notre existence, la date où personnellement il y a eu un avant et un après est sans aucun doute le 01 /05/1996.Du moins, dans ma vie sportive. C'est ce jour précis où j'ai décidé d'arrêter de fumer et de commencer le sport, en l'occurrence, le vélo. Pas facile d'appuyer sur les pédales lorsque l'on fume de 1.5 à 2 paquets de cigarettes par jour.

     Ce jour là, je suis parti pour un périple de 13 kms. Au bout de 6 kms, les poumons en feu, toussant, et les jambes tremblantes, j'ai crus un moment être obligé de faire appel à un voisin pour me ramener chez moi. Mais bon, je suis quand même parvenu à me trainer jusqu'à mon domicile tant bien que mal. 13 kms, c'est-à-dire une heure de vélo, m'a occasionné environ trois jours de courbatures et de mal aux fesses. Mais malgré tout je ne voulais surtout pas recommencer à fumer, en effet ces derniers mois, je toussais tout le temps, ce qui m'irritait la gorge et donc me donner constamment un gout de sang dans la bouche. Et le vélo se présentait comme un bon palliatif à mon état de drogué du tabac.

     J'ai donc insisté à faire quelques sorties à vélo. C'est très vite devenu agréable, si bien que le premier mois je totalisais environ 500kms. Avant l'été, je me suis acheté un vélo route bas de gamme mais qui fonctionnait pas mal. Puis un vtt d'occasion pour flâner dans les multiples chemins qui serpentent la campagne du nord de la Dordogne. Au début, je sortais tous les deux où trois jours, puis peu à peu des sorties régulières de 50 /60 kms ce qui m'a fait un total de 3700 kms à la fin de l'année 1996. En début 1997,je m'inscris dans un club de vtt, mais je ne fais que de la route ou presque (en vtt, j'avance pas, je freine dès qu'un gravier se met en travers de ma route, je suis hyper tendu dans les descentes, en bref j'ai la trouille sur ce genre de vélo).Le tabac est maintenant un lointain souvenir, les poumons vont bien, les jambes ont pris un peu de force .Faut dire que je suis motivé et que les sorties sont quasi-quotidienne.

     Je participe alors à mes premières cyclosportives dans la région charentaise. Je choisis toujours les parcours les plus longs, souvent entre 130 et 170 kms car déjà à cette époque, j'avais du mal à supporter les changements de rythmes .C'est aussi l'année où j'ai participé à ma première course horaire, 12h à vélo sur un circuit de 3kms. (323kms en 12 heures). J'étais content, mais j'étais tenté d'essayer la montagne. Je m'inscris alors à la Marmotte en 1998.La Marmotte est une épreuve qui part de Bourg d'Oisans en Isère, passe par le col de la croix de fer, puis le Télégraphe, le Galibier pour se terminée à l'Alpe d'Huez.172kms et 5000m de dev. +.J'en ai bavé mais j'en suis venu à bout .Les escalades de cols me convenaient bien, les descentes un peu moins (toujours cette appréhension. Mais en montagne je pense qu'il faut être prudent dans les descentes de col à vélo, un freinage loupé est si vite arrivé. Je pense à ce type qui devant moi à basculer par-dessus un parapet de 50cms dans la descente du col de la croix de fer côté vallée de la Maurienne. Après m'être renseigné sur son état à l'issue de la course, j'apprends qu'il s'en est tiré avec pas mal de bobos mais qu'il n'y aura pas de séquelles. Vu la pirouette qu'il a fait, il peut se considérer comme un miraculé. J'ai souvent pensé à cette chute lors de mes descentes de cols dans les « cyclos » montagnardes auxquelles j'ai eu l'occasion de participer les années suivantes.

     De 1998 à 2004, j'ai participé à plusieurs « cyclos » longues distances:

     - L'ardéchoise vélo-marathon que j'ai effectuée deux fois.Belle ballade de 270 kms avec environ 5000m D.+au milieu des montagnes russes du nord de L'Ardèche.

     -Le trophée de l'Oisans : quatre épreuves en une semaine et demie : - La Marmotte , citée plus haut. - la Vaujany ( de 150 à 170 kms,4000m D.+ se déroulant surtout au nord de la vallée de l'Oisans). -La grimpée de l'Alpe(contre la montre de 14kms dans la montée de l'Alpe d'Huez). -Le prix des grandes rousses(remontée de l'Alpe d'Huez, descente vers Allemont et remontée vers la station de Vaujany.43kms et 1500m D.+).

     -Les 12 heures de Flavignac(épreuve horaire sur un circuit de 3,3kms.Cette course se déroulant à proximité de chez moi,j'ai participé à six éditions avec un maximum de 382 kms en 2001).

     -Deux fois Bordeaux-Paris(2002-2004) 21h50mn en 2004.Dernière épreuve à vélo.Ensuite je suis passé définitivement à la course à pied.



04/09/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres